Français    English   

Des solutions en énergie durable pour lutter contre la pauvreté

Posté par Rajendra K. Pachauri le 19 janvier 2011

Le faible accès à l’énergie est un cas très répandu à travers le monde ; il représente pourtant un aspect déterminant du développement. Malheureusement, la communauté internationale, et la plupart des gouvernements ne lui ont accordé que peu d’attention. Par le passé, des voix se sont élevées pour demander que l’accès à l’énergie devienne l’un des Objectifs Millénaires du Développement (OMDs), sans trouver la faveur de certains gouvernements. De cette situation, il résulte que près de 20 ans après le sommet de Rio, environ 1 milliard d’êtres humains continuent à ne pas bénéficier du courant électrique dans leur habitation. Davantage, bien plus de 2 milliards de personnes ont recours à la biomasse comme combustible de cuisine, souvent de qualité inférieure et dangereuse pour la santé de ceux qui s’exposent aux émissions nocives de ce type d’énergie.

Toutefois, de nos jours, on observe un surcroît d’intérêt pour ce sujet, à différents niveaux, de par le monde. Il résulte d’une inquiétude authentique s’agissant du bien-être des populations concernées. Inquiétude étendue à la possibilité de réduire les futures émissions de gaz à effet de serre des pays les moins avancés, actuellement privés d’énergies modernes, et qui selon toute vraisemblance, opteront pour les énergies fossiles au fur et à mesure de leur développement.

« Eclairer un milliard de personnes »

Dans ce contexte, le programme lancé par TERI pour approvisionner 1 milliard d’êtres humains en électricité, est une innovation majeure. (LaBL, « Lighting a Billion Lives », en anglais –NDT). Il propose des lanternes solaires, très efficaces et rentables, diffusées de différentes façons auprès des villages dépourvus d’électricité : elles sont par exemple mises en vente sur le marché. Ou encore, une femme est formée comme chef d’entreprise pour revendre et gérer la fourniture en électricité à tout un village : via l’installation de panneaux photovoltaïques sur son toit, elle leur loue pour la nuit les lanternes chargées.

Avec ce programme, TERI a ainsi équipé 600 villages en Inde et de nombreux autres dans diverses régions d’Asie, notamment en Birmanie. TERI vise également une implantation en Afrique, par exemple en Sierra Leone. La réussite d’un tel programme dépend, avant tout, des innovations émanant d’Institutions, du financement à grande échelle, de la formation et du renforcement des capacités.

Un programme tel que LaBL offre d’importantes perspectives de solutions pour l’approvisionnement propre et durable en éclairage. Et ce, pour des êtres humains qui n’auraient autrement aucun espoir de bénéficier rapidement d’électricité à leur domicile. Toutefois, des solutions énergétiques qui soient efficaces, qui préservent l’environnement, tout en comblant les besoins en électricité pour les populations pauvres, ne paraissent pas très brillantes.

Il est temps pour le monde entier, pour les organisations multilatérales en charge du développement, ainsi que pour les fondations d’entreprises, de se montrer résolus à lancer des initiatives sociales appropriées. Ainsi qu’à produire des efforts croissants d’innovation afin de prendre en charge une forme de privation qui semble totalement déplacée dans ce monde globalisé du 21ème siècle, en mouvement vers une croissance économique et des progrès technologiques.

RK Pachauri
Directeur Général, TERI
Président, GIEC

Partagez cet article :

Commentaires (0)


Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article. Adresse web de rétrolien


Additional comments powered by BackType